All posts by Julie

L’intelligence artificielle pour la cybersécurité peut être un avantage marketing

allo

WEBINAIRE IBM

12 décembre 2019 – 12h

Une cybersécurité efficace est désormais un impératif stratégique, un «risque majeur»pour le conseil de direction. Au cours de ce Webinaire, nous discuterons des priorités d’investissement pour des innovations clés s’appliquant à la cybersécurité telles que l’intelligence artificielle. Nous aborderons aussi la façon dont elles offrent un avantage stratégique lorsqu’elles sont alignées sur les priorités du conseil d’administration ainsi que sur des stratégies de marketing.

Avec Cédric Brossard, associé adjoint, Sécurité IBM

Bonne gouvernance, données et intelligence artificielle par SAS

allo

Événement pour cadres sur l’intelligence artificielle

2 décembre 2019 | Musée national des beaux-arts du Québec, à Québec | #Road2AI

Joignez-vous à nous le lundi 2 décembre au Musée national des beaux-arts du Québec lors de la conférence sur l’intelligence artificielle Bonne gouvernance, données et intelligence artificielle, un événement sur invitation réservé aux cadres dirigeants, afin de découvrir des applications concrètes de l’intelligence artificielle et de l’analytique aux défis que doivent relever les organisations — des applications qui révolutionnent les façons de faire, qui présentent un potentiel transformateur et qui mettent en œuvre la méthode analytique intelligente qui accroît ce dernier.

Une présentation de l’Institut sur la gouvernance et de SAS Canada

 

 

Le Programme des CTI : levier de la transformation numérique

allo

Par le Centre de services partagés du Québec

 

Le Programme de consolidation des centres de traitement informatique (CTI) est actuellement l’un des plus grands chantiers en TI du gouvernement du Québec. En effet, il constitue une assise importante de la transformation numérique.

La réalisation de ce Programme lancé en février dernier a été confiée au Centre de services partagés du Québec (CSPQ). Trois axes d’intervention le composent:

  • le regroupement physique des CTI hébergés chez différents organismes publics du gouvernement;
  • la gestion optimisée du traitement et du stockage par le recours prioritaire à l’infonuagique publique;
  • et la mise en place d’un nouveau service de nuage privé au CSPQ.

Visionnez la vidéo


Prendre le virage du numérique 

Tout comme plusieurs gouvernements, le Québec opte pour l’infonuagique à des fins d’efficacité et de sécurité. Des offres provenant de multiples fournisseurs qualifiées par le Courtier en infonuagique pourront répondre aux divers besoins des organismes publics (OP).

En plus d’adopter les meilleures pratiques en matière de traitement et de stockage, le Programme de consolidation des CTI permettra d’avoir accès à des infrastructures évolutives et fiables. L’objectif est également de diminuer la désuétude technologique chez certains OP et de rassembler les personnes qui possèdent l’expertise. Notons aussi que le degré de protection des actifs informationnels sera rehaussé grâce à l’application de normes de sécurité éprouvées (ISO 27 001 et PCI).

À l’heure actuelle, le gouvernement du Québec compte près de 550 CTI. Dans la première phase du Programme, dont la fin est prévue pour 2023, les CTI de 113 OP seront consolidés dans trois sites. La deuxième phase, quant à elle, vise la consolidation des CTI du réseau de la santé et des services sociaux et celui de l’éducation et de l’enseignement supérieur. Elle est conditionnelle à l’approbation de l’ajustement du dossier d’affaires qui sera déposé au courant de l’automne 2019.

 

Se moderniser et adopter les meilleures pratiques en TI : une démarche inclusive

Le Programme encadre et accompagne les OP dans chacune des étapes de la démarche de consolidation. Le Centre d’expertise en infonuagique a été créé afin de soutenir et de conseiller les OP dans leur appropriation des nouvelles plateformes technologiques.

Divers outils ont également été mis en place pour faciliter la collecte et l’échange d’informations entre l’équipe du Programme et les OP, dont un portail sécurisé centralisant les services, les outils et l’accès aux applications du Programme, une plateforme collaborative, de même que des webinaires hebdomadaires.

À terme, le regroupement des CTI fournira à l’État un environnement informatique plus robuste, plus facile à entretenir et plus sécuritaire. Il permettra aussi à l’administration publique d’être plus performante et efficiente, tout en offrant des services plus accessibles.

Rappel sur l’affichage des marques de commerce

allo

Rappel concernant les règles d’affichage des marques de commerce

Si vous affichez une marque de commerce dans une autre langue que le français, vous avez jusqu’au 24 novembre 2019 pour être en règle.

Depuis le 24 novembre 2016, les modifications au Règlement sur la langue du commerce et des affaires visant à assurer une plus grande présence du français dans l’affichage des marques de commerce sont en vigueur. Cependant, les entreprises qui affichaient déjà une marque de commerce dans une autre langue que le français ont jusqu’au 24 novembre 2019 pour rendre leur affichage conforme au Règlement. En effet, si votre entreprise affiche une marque de commerce uniquement dans une autre langue que le français, elle devra assurer une présence de celui-ci à l’aide soit d’un générique ou d’un descriptif des produits ou des services visés, soit d’un slogan ou de tout autre terme ou mention en privilégiant l’affichage d’information portant sur les produits et les services offerts.

Toutes les entreprises du Québec, peu importe leur taille, sont tenues de respecter ces dispositions. L’Office québécois de la langue française a conçu des outils afin d’aider les entreprises à respecter ces dispositions. Consultez et relayez la boîte à outils.

L’Office offre également son soutien et ses conseils à toute entreprise qui souhaite s’assurer que l’affichage de sa marque de commerce respecte le Règlement et invite les entreprises à communiquer avec lui au besoin en composant le 1 888 873-6202.

 

Affichage des marques de commerce

La Charte de la langue française prévoit que l’affichage public et la publicité commerciale doivent être en français. Il existe toutefois des exceptions à cette règle. Des modifications réglementaires encadrent l’affichage des marques de commerce en vue d’assurer la présence du français dans le paysage linguistique québécois. Pour tout savoir sur les éléments visés par les dispositions relatives à l’affichage d’une marque de commerce, consultez la boîte à outils l’Office québécois de la langue française à cet effet.

Recrutement avancé : une solution ingénieuse aux inégalités sur le marché de l’emploi?

allo

Par Kinga Ene

La pénurie de la main-d’œuvre se ressent plus que jamais et ne cessera d’augmenter. Selon les dernières études démographiques et les perspectives d’emploi à long terme, le creux de la courbe surviendrait en 2031. Nous sommes donc théoriquement à un peu plus de 10 ans d’une crise majeure de la main-d’œuvre. Assez inquiétant pour certains secteurs direz-vous.

Et comment!

Et pour ajouter aux questionnements et aux différentes craintes que cela peut déjà occasionner chez plusieurs : dans le secteur des TI seulement, les femmes ne représentent que 20% de la main-d’œuvre!

Ces enjeux suscitent déjà de nombreux débats, notamment afin de trouver des solutions pour combler ces écarts.

Pourtant, plusieurs innovations existent déjà en matière de recrutement de ressources. On compte notamment l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA), qui arrive à exécuter avec précision du sourcing autonome, mais prenant en compte, de surcroît, une équité sans égal entre l’homme et la femme dans un même domaine d’affaires.

 

Exploité à son plein potentiel?

Est-ce que ces technologies sont utilisées de façon optimale par les recruteurs? Sûrement pas, car dans le cas contraire, on compterait beaucoup plus de femmes dans le secteur des TI!

Le métier de recruteur ne peut plus être pratiqué sans technologie, sans intelligence artificielle et encore moins sans des plateformes professionnelles ou des réseaux sociaux tels que LinkedIn.

Certaines études démontrent une hausse de productivité spectaculaire chez les recruteurs d’environ 144% lors de l’utilisation de ce type d’IA en recrutement. Cela peut représenter des milliers de CV traités en à peine une vingtaine de secondes !

Bientôt, le métier de recruteur ne sera plus du tout le même; il sera transformé ingénieusement et une solution toute simple viendra répondre à plusieurs enjeux présents sur le marché.

Puisque de toute façon, LinkedIn ne cesse d’augmenter ses tarifs afin que les entreprises et les firmes de recrutement puissent obtenir des résultats optimaux quant aux «perles rares» recherchées pour un projet précis, il est inévitable que les honoraires demandés par ceux-ci soient revus également à la hausse.

Alors, pourquoi se priver d’utiliser les logiciels dotés d’une intelligence artificielle quand nous savons qu’ils sont quasi infaillibles et qu’ils ne s’épuisent jamais?

Et si nous gardions l’humain au cœur de ce processus? Pour ce faire, changeons notre perspective sur le sujet et considérons plutôt l’IA comme un outil additionnel nous permettant d’augmenter notre efficacité et notre rapidité, pour éliminer nos biais conscients ou inconscients et pour augmenter ainsi l’équité dans nos activités de recrutement?

Ces innovations feront très certainement gagner du temps aux recruteurs qui leur permettront ainsi de miser davantage sur les aspects cognitifs des candidats ainsi que sur leur savoir-être (soft skills).

Et vous, seriez-vous prêt(e) à vous faire recruter par le biais de l’intelligence artificielle?

Balado MonClavius – Spécial Réseau ACTION TI

allo

Lors de leur passage au Saguenay–Lac-Saint-Jean le mois dernier, Stéphane Bourbonnière, PDG du Réseau ACTION TI et Chantal Dolbec, vice-présidente Administration ont eu l’occasion de participer au premier balado MonClavius, produit par Dévicom.

Au cours de leurs échanges, il a été question des nombreuses activités qu’offre le Réseau. Il a également été question de la croissance de l’organisation, qui passe notamment par une plus forte présence dans les régions du Québec.

Pour écouter le balado, rendez-vous ici!

Priorité aux données ouvertes, mais pourquoi?

allo
Par Alain Fortier

L’utilisation de l’intelligence artificielle ainsi que des apprentissages machine et profond augmente l’intérêt des professionnels affaires et technologies à accéder à davantage de données ouvertes. Selon des spécialistes de l’industrie, la combinaison de celles-ci et de l’intelligence artificielle aura autant d’impact qu’a pu en avoir le mouvement du logiciel libre et à code source ouvert sur des modèles d’affaires novateurs comme Google et GitHub. En 2012, Sir Tim Berners-Lee, l’inventeur du Web, et Sir Nigel Shadbolt, expert en intelligence artificielle, ont mis sur pied l’Open Data Institute (ODI). Leurs travaux et leurs interventions comme conseillers stratégiques auprès du gouvernement anglais ont résulté en la création du site très acclamé data.gov.uk, sur lequel sont publiés plus de mille jeux de données.

Au cours des dix dernières années, plusieurs autres gouvernements ont rendu des jeux de données disponibles par défaut. Par définition, les données ouvertes sont accessibles à qui veut les consulter, les modifier, les réutiliser et les partager. Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), les décideurs gouvernementaux sont encouragés à rendre accessibles au public les données dont ils disposent en s’appuyant sur des valeurs de transparence, d’intégrité et d’imputabilité face à leurs populations respectives. Des sites comme Open Data Impact Map répertorient près de 90 pays où certains types de données sont mis à la disposition du public. L’objectif avoué de ces initiatives est de stimuler l’entrepreneuriat et l’innovation dans les entreprises et en ce qui a trait aux services centrés sur le citoyen.

Des organisations privées et des agences rendent aussi disponibles certains jeux de données. Ce matériel couvre un large spectre, des informations relatives à la géolocalisation jusqu’à celles permettant la reconnaissance faciale. Pour favoriser la collaboration entre les divers acteurs de l’écosystème, l’organisme Open Data Charter a mis sur pied une série de principes pour faciliter une saine diffusion des données ouvertes. La valorisation des données publiées par des organismes privés ou publics offre autant la possibilité de mieux comprendre des enjeux sociétaux comme la famine que d’agir comme accélérateur pour d’autres organisations.

Depuis 2016, le portail collaboratif Données Québec regroupe les données ouvertes du gouvernement du Québec et de plusieurs municipalités de la province. Lors du dernier Sommet canadien sur les données ouvertes, le caractère novateur et la qualité de ce que l’on peut retrouver sur ce site ont permis à celui-ci de remporter en 2018 le grand prix canadien de l’excellence. Par ailleurs, des entrepreneurs ont su valoriser ce contenu pour répondre à certains enjeux. Par exemple, l’application Doctr publie en temps réel le taux d’occupation des urgences au Québec et l’application Transit facilite la planification des déplacements en considérant l’ensemble des options de transport offertes sur un territoire.

Cependant, malgré plusieurs initiatives et activités de promotion, la publication massive de données ouvertes n’a pas su livrer tous les bénéfices anticipés. Pour expliquer ces ratés, certaines hypothèses pointent la méconnaissance de l’existence de cette ressource ainsi que le manque de formation adéquate pour valoriser les données rendues publiques. Certains experts suggèrent également aux gouvernements de ralentir l’empressement de publier davantage de matière et de s’attarder d’abord à la qualité de celle-ci avant sa diffusion.

Et vous, comment utilisez-vous les données du portail de Données Québec dans votre organisation?

Webinaire IBM : Maîtrisez la chaîne d’approvisionnement numérique

allo

Venez découvrir ce qui arrive aux entreprises qui ont le courage de penser différemment lors du prochain webinaire d’IBM, Maîtrisez la chaîne d’approvisionnement numérique du XXIe siècle, le 26 septembre, de midi à 13h.

Vous y découvrirez l’approche innovatrice de l’entreprise québécoise Héroux-Devteken en matière de chaîne d’approvisionnement et de son parcours en transformation numérique. Explorez les défis et les possibilités de ce parcours de transformation à travers le secteur d’approvisionnement.

L’industrie 4.0 est accessible à tous! Découvrez comment vous pouvez adapter la technologie à vos besoins d’entreprises et ce qui arrive aux entreprises  qui ont le courage de penser différemment.

 

Intervenants

Edwin Chikhani
Directeur exécutif et spécialiste IoT, IBM Québec

Dominique Dallaire
Vice-président, Région Est, Héroux-Devtek

Alain Lemieux
Président-directeur général, Noovelia

Jean Tremblay
Directeur en chef, IBM GTS Québec, IBM Québec

Pour toute question sur le webinaire, contactez Faye Caldwell, professionnelle-conseil en mise en marché, IBM Québec

Levio acquiert Menya Solutions

allo

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour diffusion immédiate

 

Avec cette acquisition d’une firme qui a fait ses preuves en intelligence artificielle, Levio bonifie son offre de services  

 

Québec, le 10 juillet 2019 – Levio, une firme de services-conseils dans le domaine des technologies de l’information (TI) et de la gestion des organisations, a fait l’acquisition de Menya Solutions, une entreprise spécialisée en intelligence artificielle, ayant fait sa marque au Canada depuis plus de dix ans.

Avec maintenant plus de 620 conseillers, répartis au sein de trois bureaux au Canada, à Québec, à Montréal et à Toronto, Levio se spécialise dans l’accompagnement de ses clients lors de la mise en œuvre de programmes de transformation digitale ou de projets d’envergure.

« Cette acquisition nous positionne avantageusement sur le marché et nous permet de bonifier notre offre de services, dans le but de toujours mieux répondre aux besoins de nos clients. L’expertise de pointe en intelligence artificielle que nous amène les conseillers de Menya Solutions, jumelée à celle déjà en place chez Levio, renforcera la position de Levio comme leader en transformation digitale. Le Centre d’innovation Levio bénéficiera de cette compétence additionnelle, en augmentant ses capacités à développer de l’innovation appliquée, pour toujours générer de la valeur chez nos clients», a affirmé le président de Levio, François Dion.

« Cette deuxième acquisition à l’intérieur d’un mois s’inscrit dans notre plan de croissance et nous positionne maintenant parmi les plus grandes firmes en technologie de l’information au Québec. Forte d’une progression de plus de 600 personnes au cours des cinq dernières années, Levio consolide sa position de chef de file dans l’industrie des TI et continuera d’accélérer sa croissance en Amérique du Nord », a mentionné Gilles Couturier, chef des opérations chez Levio.

« Nous voyons dans cette transaction l’opportunité de nous joindre à une entreprise en grande croissance et de nous ouvrir la voie vers de nouveaux marchés encore inexploités jusqu’ici, comme celui de l’assurance et du secteur financier, ainsi que le secteur public, déjà bien desservis par Levio. Avec notre expertise unique en intelligence artificielle, nous sommes très fiers de nous joindre à la grande famille Levio et créer de nouvelles possibilités pour nos conseillers de talent, qui ont façonné notre réputation de leader », a souligné le président de Menya Solutions, Froduald Kabanza, Ph.D, expert en Intelligence artificielle.

 

À propos de Levio

Levio est une firme de services-conseils dans le domaine des technologies de l’information (TI) et de la gestion des organisations. L’entreprise se spécialise dans l’accompagnement de ses clients lors de la mise en œuvre de programmes de transformation numérique ou de projets d’envergure. Depuis maintenant 5 ans, Levio a bâti sa réputation sur une équipe de conseillers hors pair qui livre des solutions d’envergure tirant avantage des nouvelles technologies pour aider ses clients à gagner en efficacité et en rentabilité. Levio compte maintenant plus de 620 conseillers, dans ses bureaux de Québec, Montréal et Toronto.

Pour en savoir plus, visitez le site Internet levio.ca

 

À propos de Menya Solutions

Depuis plus de 10 ans, Menya Solutions développe des applications d’intelligence artificielle pour supporter les humains et les machines à prendre des décisions dans des situations diverses, dans le but d’améliorer les conditions de travail et la vie des gens, et afin d’aider les organisations publiques et privées à optimiser leurs processus. Au fil des ans, Menya a collaboré avec des organisations publiques et privés de grande importance au Canada en développant des solutions d’intelligence artificielle qui ont contribué à sa renommée.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site menyasolutions.com

– 30 –

Pour obtenir des renseignements supplémentaires, veuillez communiquer avec :

Jacinthe Bellerive, Responsables des communications
Levio
418-914-3623
jacinthe.bellerive@levio.ca

 

L’apprentissage par le numérique

allo

À la suite du succès de la Grande soirée des OCTAS qui s’est tenue le 5 juin dernier, nous nous sommes entretenus avec certains finalistes et lauréats afin de connaître non seulement leur vision, leurs défis et leurs objectifs, mais également la signification d’une nomination aux OCTAS. Ceux-ci ont tous un point en commun : ils ont élaboré des projets qui favorisent l’apprentissage par le numérique.

Du nombre, on compte l’École en réseau, une organisation pédago-numérique axée sur les apprentissages collaboratifs et les expériences innovantes, l’équipe du Musée de la civilisation ayant développé le projet MLab Creaform, ainsi que l’équipe responsable du projet DataFranca, le grand Lexique français de l’intelligence artificielle.

Voici donc ce que ces acteurs du domaine technologique québécois avaient à dire sur le processus de mise en place de leurs projets, ainsi que sur l’importance de récompenser les pratiques innovantes au Québec.

 

Réseau ACTION TI : L’École en réseau constitue un projet novateur qui vient répondre à un besoin criant au Québec. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

École en réseau : Nous croyons qu’il est primordial d’enrichir l’environnement numérique des établissements scolaires et des élèves des quatre coins de la province. Nous avons donc décidé de soutenir et d’accompagner les différents acteurs du réseau scolaire dans le développement des compétences numériques en utilisant une approche socioconstructiviste. Ceci, tout en participant à la mise en commun des pratiques innovantes pour l’amélioration des apprentissages avec l’usage du numérique.

 

Réseau ACTION TI : Pour ce faire, vous avez donc fait appel à plus de 20 classes de différentes régions du Québec.

École en réseau : Cela a d’ailleurs représenté un certain défi : synchroniser toutes les classes qui participaient aux activités de Mémoire de la terre et accéder aux ressources du Parc Miguasha n’ont pas été des tâches faciles. Cette nomination à la Grande soirée des OCTAS représente donc beaucoup pour nous, puisque nous croyons qu’il est très important de reconnaître les pratiques innovantes de chez nous afin de les faire rayonner ici et ailleurs.

 

De son côté, l’équipe à l’origine de DataFranca a planché sur un projet somme toute niché, mais qui répondait tout de même à un grand besoin dans la société.

 

Réseau ACTION TI : Quel a été l’élément déclencheur de votre projet, celui qui vous a poussé à vouloir démocratiser le vocabulaire de l’intelligence artificielle ?

DataFranca : D’entrée de jeu, il faut savoir que le premier projet DataFranca était de développer des agents de traduction en temps réel dans les domaines scientifiques de pointe. Nous avons toutefois constaté qu’il n’existait tout simplement pas de vocabulaire français de l’IA adéquat pour constituer un dictionnaire d’entrée dans un modèle d’apprentissage fonctionnel. Pas étonnant qu’à Montréal, « capitale mondiale de l’intelligence artificielle », il ne se donne pratiquement pas de cours universitaires d’IA avancée en français…

 

Réseau ACTION TI : Vous avez donc choisi de remédier à cette situation.

DataFranca : Après avoir remarqué que la situation était similaire chez nos cousins français, nous avons réorienté notre mission vers un projet moins lucratif, certes, mais beaucoup plus structurant : la création d’un vocabulaire français exhaustif de l’IA à l’intention des francophones du Canada, mais aussi de la Francophonie mondiale. C’est pourquoi le terme « ingéniosité » décrit à merveille notre projet, qui, nous le souhaitons, aura une portée internationale et suscitera l’intérêt de collaborateurs crédibles dans l’ensemble des pays de la Francophonie.

 

Voilà un défi que plusieurs pourraient considérer comme ambitieux. À l’instar des créateurs du Grand lexique, les employés du Musée de la civilisation ayant participé à l’élaboration du MLab Creaform n’ont reculé devant rien.

 

Réseau ACTION TI : La création du MLab Creaform, un espace dédié à la création et à l’expérimentation numérique, a certainement constitué un défi stimulant pour l’équipe responsable du projet.

Musée de la civilisation : Nos plus grands défis ont été d’expliquer notre vision de ce projet, qui est relativement atypique pour un musée, et d’imaginer son fonctionnement afin de faire évoluer nos pratiques. Par contre, le Musée de la civilisation souhaitait innover en explorant de nouvelles manières d’imaginer la muséologie, tout en contribuant à la sensibilisation et au développement de compétences numériques. Ce projet s’inscrit dans notre vision globale : susciter la rencontre de soi et de l’autre, et proposer une expérience mémorable, émouvante, qui incite à agir.

 

Réseau ACTION TI : Vous devez donc être particulièrement fiers d’avoir été parmi les finalistes dans la catégorie Technopolys ?

Musée de la civilisation : Être finaliste aux OCTAS souligne l’excellence et l’engagement de nos équipes dans la création d’une expérience muséale numérique innovante, avant-gardiste et unique au monde. Cela envoie également le message que les musées, la culture et la participation citoyenne se conjuguent positivement avec numérique ! Nous croyons également qu’il est important de récompenser les projets innovants et créatifs, puisque cela permet d’encourager l’innovation, tout en inspirant d’autres organisations ou entreprises à mettre sur pied des initiatives novatrices, contribuant ainsi au développement de la société québécoise.

 

Pour en savoir plus sur les finalistes et les gagnants récompensés lors de l’édition 2019 des OCTAS, cliquez ici.