Category Archives: Actualité

Le français dans les TI au Québec, c’est possible?

allo

Dans le domaine des technologies de l’information, Le Québec a été remarqué pour son excellence et ses connaissances à la fine pointe au cours de la dernière décennie. En effet, de nombreuses grandes organisations canadiennes, américaines et européennes ont bénéficié des services des entreprises d’ici ou ont fait appel à elles pour les appuyer dans leurs activités impliquant les TI. Mais lorsqu’on discute de collaboration internationale, on le fait surtout… en anglais.

Si l’anglais domine en TI au Québec actuellement, c’est avant tout une question de simplicité. Non seulement son utilisation facilite les échanges avec le reste du monde, mais elle évite la confusion liée à des traductions diverses de références théoriques et techniques universelles au sein même de la communauté TI francophone.

Que faire pour qu’il y ait plus de français dans les TI?

Est-ce qu’il serait possible, malgré tout, de faire une plus grande place au français dans les TI? Oui, tout à fait.

D’abord, il faudrait se doter de plus de normes qui nous obligent à lui accorder une juste place. Parfois, il n’y a qu’un pas entre «simplicité» et «paresse». Heureusement, l’Office québécois de la langue française veille déjà à ce que nous ne tombions pas dans la seconde catégorie en demandant que :

  1. Tout le matériel porte des inscriptions en français et puisse produire tous les signes diacritiques (accents, cédille, tréma) du français.
  2. Tous les logiciels offrent une interface utilisateur en français.
  3. Tous les services soient offerts en français.
  4. Toutes les entreprises de plus de 50 employés généralisent l’utilisation du français, y compris dans les technologies de l’information. (article 141, 9o)

En exprimant une volonté collective de franciser le milieu, d’autres points pourraient certainement être ajoutés à cette liste.

Mais les normes, ce n’est pas tout. Il faudrait aussi faire preuve de plus de créativité. Lors de sa conférence au sujet de l’enjeu du français dans les TI à la JIQ 2019 tenue l’automne dernier, Bruno Guglielminetti nous rappelait que les mots, pour passer dans l’usage courant et être compris de tous de la même façon, devaient d’abord être inventés. Il soulignait qu’aujourd’hui, personne ne ressent de confusion lorsque nous utilisons le terme «courriel». Et pourtant, ce mot-valise, généré par la contraction des mots «courrier» et «électronique» pour éviter l’emprunt à l’anglais email, est une innovation linguistique québécoise qui date d’à peine 20 ans.

Est-ce donc utopique d’envisager l’usage courant du français dans les TI au Québec? Pas du tout. Pour l’instaurer, il faudra simplement collectivement cesser de voir le français comme un obstacle aux affaires internationales et revaloriser l’emploi de la langue qui nous rend si uniques.

BEYOND THE SURFACE OF SPREADSHEET

allo

Par Alteryx

Les représentants d’Alteryx participeront à Datavore, le 18 février prochain.

Spreadsheets are a mainstay in nearly every organization. In fact, they’re often the default, and no one questions their value or whether they’re the right tool for a given job … or if they’re used simply because they’re available.

According to the IDC info brief « The State of Data Science and Analytics,” 88% of data workers, approximately 47 million people worldwide, use spreadsheets for data activities.

It’s true that spreadsheets offer value in countless scenarios. With moderately-sized sets of data, spreadsheets are useful for information organization and basic data analysis.

But when the data gets messy or large, spreadsheets quickly become slow and cumbersome to work with — not to mention they’re prone to errors with copying and pasting and rogue formulas.  That’s why self-service data analysis is on the rise.

 

THE RISE OF SELF-SERVICE DATA ANALYTICS

At its core, self-service data analytics places power in the hands of the data professional, whether an entry-level analyst or a data scientist with a statistics background. Platforms that enable modern analytics allow for the ability to democratize access to data and provide a playground for data professionals to analyze that data in. But don’t worry, IT pros: all that data is still secure and governed.

An end-to-end analytics solution unifies all data professionals in a way that spreadsheets can’t. Rather than having to choose between spreadsheets as a code-free option or learning SQL, R, or Python, self-service data analytics gives you the power of code without the learning curve.

Rather than having to choose between spreadsheets as a code-free option or learning SQL, R, or Python, self-service data analytics gives you the power of code without the learning curve. 

They are the bridge between code-free professionals and coding professionals. So how does that look, and what are the benefits? (Don’t worry — your Excel skills will still come in handy!)

 

 THE TRANSITION FROM COLUMNS TO WORKFLOWS

One of the hallmarks of a self-service data analytics platform is the workflow.

If Excel is known for gridded rows and columns, self-service data analytics platforms are known for their long-connected strings of functions and tools.  And that long line — the common thread from one function to the next — is a critical factor in building transparency in your team and throughout your organization.

If Excel is known for gridded rows and columns, self-service data analytics platforms are known for their long-connected strings of functions and tools.  

In Excel, there are a lot of things going on behind the cells. The functions and equations are written up and then disappear when you hit “Enter.”  When you change one number in one cell, you set off an unseen chain reaction that automatically adjusts the rest of your table. It’s magic, and it’s easy for the magician to keep their process secret, whether they want to keep it secret or not.

Secrecy, of course, is the opposite of understanding and transparency, because when you can’t easily trace your work, it’s easy for mistakes to have a waterfall effect, compounding risk and the effect of human errors.

Secrecy, of course, is the opposite of understanding and transparency, because when you can’t easily trace your work, it’s easy for mistakes to have a waterfall effect, compounding risk and the effect of human errors.

With a workflow, anyone, including stakeholders without a true analytics background, can understand the basic idea of what is going on in your analysis. That means you can tell a clearer and more compelling story to non-technical people since they can see the workflow right there, threaded across your screen.

On the technical side, you can easily share workflows with people across the organization. Not only can your colleagues see what you’ve done, but they can replicate a similar process without reinventing the wheel, or simply build off of your previously created workflow rather than start from scratch themselves.

Workflows allow you to see what happened at each stage of the process and easily spot and fix errors without starting over from the beginning.  Basically, they are transparency in action.

 

REPEATABILITY… REPEATABILITY

Many analysts spend a large part of their job preparing the same data in the same format. Think monthly or quarterly reporting. It’s time-consuming but very important for business functions and happens at regular, predictable cadences.

True, spreadsheets allow for some simple automation for basic repetition. But if you work entirely in Excel, you end up doing the same tweaking, cleaning, and wrangling repeatedly.

That’s not the good kind of repeatability. With a workflow in a self-service data analytics environment, since you’ve already built out the logic, you can schedule repeatable workflows to run automatically. If you have quarterly, monthly, or weekly reporting, rather than going through the same tedious cleaning and analysis each time, you can schedule the workflow to pull the necessary data and crunch through everything while you’re asleep.

If you have quarterly, monthly, or weekly reporting, rather than going through the same tedious cleaning and analysis each time, you can schedule the workflow to pull the necessary data and crunch through everything while you’re asleep.  

Plus, with the right platform, you can turn a workflow into an analytic app that becomes sharable throughout the entire organization. Why make everyone else reinvent the wheel if you already created an awesome workflow? Alternatively, why should you have to reinvent the wheel if a colleague created something valuable that you could use? Remember, good artists borrow, but great artists steal. It’s all about reducing tedious tasks, reusing awesome workflows, and recycling valuable processes.

 

SCALABILITY — GROW WITH BIG DATA

In the age of Big Data, you need technology and processes that can grow with your ever-expanding datasets. For many data professionals, that’s currently not the case. The more data you plug into a spreadsheet, the slower it processes until the dreaded spinning wheel of death appears and the spreadsheet crashes your computer or runs out of rows. This is the moment when you question your career, your software choices, and even your sanity. (You know what they say, the definition of insanity is doing the same thing over and over and expecting different results.)

The self-service workflow model allows you to scale and grow your analytics processes way beyond the 1 million Excel row limit. While the workflows may grow in complexity and scale, their capacity to process enormous sets of data doesn’t diminish — most self-service platforms allow you to process data in a separate server so it’s super-fast. Goodbye, spinning wheel of spreadsheet death!

In the age of Big Data, you need technology and processes that can grow with your ever-expanding datasets.  For many data professionals, that’s currently not the case. 

 

TRANSLATE SPREADSHEETS TO SELF-SERVICE

Although self-service data analytics is a new way of working with and analyzing data, it doesn’t mean that you have to throw out all your hard-earned Excel knowledge. The formats might be different, but much of the analytical logic is the same.

For example, you’re probably pretty good at IF statements in Excel. Great news! You can take that knowledge and easily apply it to a self-service platform. The same goes for many other functions like pivoting data, appending data, and VLOOKUPs. You can perform all those functions in a self-service environment — but with the self-service take.

Rather than writing out formulas, you drag and drop tools and then reformat within the tools. It’s like taking the best of both worlds — Excel and workflows — and having it in one environment.

Seize the day. Explore modern approaches to data analytics that unleash your brilliance. Download “The Age of the Badass Analyst” to differentiate yourself as the innovative analyst you were meant to be. You’ll learn how to uncover brilliant insights and use the power of advanced analytics — predictive, prescriptive, and geospatial.

https://pages.alteryx.com/fr-ebook-age-of-badass-analyst.html

LE RÉSEAU GOUVERNEMENTAL DE TÉLÉCOMMUNICATION – DEUX APPELS D’OFFRES EN COURS

allo

Par Le Centre de services partagés du Québec

Le Centre de services partagés du Québec (CSPQ) poursuit la mise en œuvre du projet de Réseau gouvernemental de télécommunication (RGT) avec la publication de deux appels d’offres (AO) à volets multiples. Ces appels portent sur les services d’accès local à Internet (SALI) et sur les services point à point (SPAP). Ils sont accessibles jusqu’au 20 février 2020 sur le SEAO.

L’appel d’offres SALI vise à obtenir des services d’accès local à Internet filaires du type affaires, avec des débits symétriques ou asymétriques variant entre 3 et 750 Mb/s. L’appel d’offres SPAP, quant à lui, vise à combler les besoins gouvernementaux en matière de services réseau à très haut débit et à faible latence, incluant la fibre noire, la liaison optique et la commutation Ethernet et ce, à la grandeur du Québec.

Ouverture des marchés publics

Avec le RGT, le gouvernement mise sur l’allotissement des contrats afin d’ouvrir ses marchés publics à un nombre accru de prestataires. Il sollicite notamment, les fournisseurs et la main d’œuvre en région. Par exemple, l’utilisation accrue de services Internet pourrait avoir des retombées sur quelque 100 fournisseurs de services Internet (FSI) du Québec.

Mieux connaître le projet de Réseau gouvernemental de télécommunication

Le RGT donne un nouveau souffle aux télécommunications gouvernementales québécoises. Après avoir lancé officiellement ce projet à la fin de 2018, le CSPQ prépare maintenant la transition progressive de ses clients de l’actuel Réseau intégré de télécommunication multimédia (RITM) vers son nouveau réseau.

Tirant profit d’innovations issues du marché des télécommunications, le RGT prend appui sur de nouveaux modèles d’affaires et technologiques. Il rend possible l’intégration de tous les types de réseaux, qu’ils soient publics ou privés. Il capitalise notamment sur le réseau Internet afin de créer un réseau hybride sécurisé multitechnologie. De plus, il offre une nouvelle gamme de services et permet d’optimiser les dépenses gouvernementales en la matière.

Rappelons que depuis 2009, le RITM procure des services aux établissements du réseau de la santé et des services sociaux, et à près de 100 ministères et organismes.

 

Évoluer vers des niveaux de maturité supérieurs en analytique

allo

Par Djamal Abide, lgs

M. Abide sera conférencier à Datavore, le 18 février prochain

Selon Andrew Ng., professeur à l’Université Stanford, « Si les données sont le nouveau pétrole, alors l’intelligence artificielle est la nouvelle électricité ». Cette déclaration nous rappelle que le futur des entreprises et des organisations dépendra des données dont ils disposent et de la façon dont ils les exploitent.

Cet article est le premier d’une suite de deux articles. Il s’agit d’une rétrospective et d’une réflexion sur l’évolution de l’analytique, sans faire référence aux technologies.

 

Intelligence des affaires (prise de décisions en mode réactif)

Depuis plus de deux décennies, des solutions d’intelligence d’affaires (BI) ont commencé à être intégrées dans des organisations. On a cependant tendance à oublier qu’un bon nombre d’entre elles ont connu des échecs à leurs premières tentatives. Dans certains cas, on a dû tout refaire et les dépassements de budgets étaient monnaie courante. Mais avec le temps, des formations universitaires spécialisées ont été créées, ce qui a aidé en partie à la communauté du BI à développer de bonnes pratiques, des compétences et un savoir-faire nécessaire à mener à terme des projets de grande envergure.

Les utilisateurs, qu’ils soient dirigeants ou analystes, connaissent leurs besoins en rapports BI. Ces rapports résument le passé à partir de données historiques. Ils sont utilisés comme des outils d’aide à la prise de décisions de façon réactive.

La consommation et les demandes de nouveaux rapports BI sont en constante progression, au point où les organisations continuent à allouer du budget à de nouveaux développements presque tous les ans.

 

Analytique avancée et intelligence artificielle (prise de décisions en mode proactif)

Il est dans l’intérêt des organisations et des entreprises de prendre des décisions proactives si elles souhaitent avoir un avantage compétitif. Pour ce faire, elles doivent investir dans les domaines de l’analytique avancée et de l’intelligence artificielle. Les décideurs ou les analystes d’affaires n’ont pas nécessairement des connaissances suffisantes dans ces domaines. Ils font appel à des scientifiques de données pour les conseiller dans l’identification des types d’analytique qu’il leur faudra introduire comme outils de prise de décisions proactives.

Contrairement au cas du BI, un scientifique de données doit convaincre les utilisateurs de la pertinence de l’analytique qu’il essaie d’introduire. Dans un futur article, nous développerons davantage sur ce sujet.

L’intelligence artificielle pour la cybersécurité peut être un avantage marketing

allo

WEBINAIRE IBM

12 décembre 2019 – 12h

Une cybersécurité efficace est désormais un impératif stratégique, un «risque majeur»pour le conseil de direction. Au cours de ce Webinaire, nous discuterons des priorités d’investissement pour des innovations clés s’appliquant à la cybersécurité telles que l’intelligence artificielle. Nous aborderons aussi la façon dont elles offrent un avantage stratégique lorsqu’elles sont alignées sur les priorités du conseil d’administration ainsi que sur des stratégies de marketing.

Avec Cédric Brossard, associé adjoint, Sécurité IBM

Bonne gouvernance, données et intelligence artificielle par SAS

allo

Événement pour cadres sur l’intelligence artificielle

2 décembre 2019 | Musée national des beaux-arts du Québec, à Québec | #Road2AI

Joignez-vous à nous le lundi 2 décembre au Musée national des beaux-arts du Québec lors de la conférence sur l’intelligence artificielle Bonne gouvernance, données et intelligence artificielle, un événement sur invitation réservé aux cadres dirigeants, afin de découvrir des applications concrètes de l’intelligence artificielle et de l’analytique aux défis que doivent relever les organisations — des applications qui révolutionnent les façons de faire, qui présentent un potentiel transformateur et qui mettent en œuvre la méthode analytique intelligente qui accroît ce dernier.

Une présentation de l’Institut sur la gouvernance et de SAS Canada

 

 

Le Programme des CTI : levier de la transformation numérique

allo

Par le Centre de services partagés du Québec

 

Le Programme de consolidation des centres de traitement informatique (CTI) est actuellement l’un des plus grands chantiers en TI du gouvernement du Québec. En effet, il constitue une assise importante de la transformation numérique.

La réalisation de ce Programme lancé en février dernier a été confiée au Centre de services partagés du Québec (CSPQ). Trois axes d’intervention le composent:

  • le regroupement physique des CTI hébergés chez différents organismes publics du gouvernement;
  • la gestion optimisée du traitement et du stockage par le recours prioritaire à l’infonuagique publique;
  • et la mise en place d’un nouveau service de nuage privé au CSPQ.

Visionnez la vidéo


Prendre le virage du numérique 

Tout comme plusieurs gouvernements, le Québec opte pour l’infonuagique à des fins d’efficacité et de sécurité. Des offres provenant de multiples fournisseurs qualifiées par le Courtier en infonuagique pourront répondre aux divers besoins des organismes publics (OP).

En plus d’adopter les meilleures pratiques en matière de traitement et de stockage, le Programme de consolidation des CTI permettra d’avoir accès à des infrastructures évolutives et fiables. L’objectif est également de diminuer la désuétude technologique chez certains OP et de rassembler les personnes qui possèdent l’expertise. Notons aussi que le degré de protection des actifs informationnels sera rehaussé grâce à l’application de normes de sécurité éprouvées (ISO 27 001 et PCI).

À l’heure actuelle, le gouvernement du Québec compte près de 550 CTI. Dans la première phase du Programme, dont la fin est prévue pour 2023, les CTI de 113 OP seront consolidés dans trois sites. La deuxième phase, quant à elle, vise la consolidation des CTI du réseau de la santé et des services sociaux et celui de l’éducation et de l’enseignement supérieur. Elle est conditionnelle à l’approbation de l’ajustement du dossier d’affaires qui sera déposé au courant de l’automne 2019.

 

Se moderniser et adopter les meilleures pratiques en TI : une démarche inclusive

Le Programme encadre et accompagne les OP dans chacune des étapes de la démarche de consolidation. Le Centre d’expertise en infonuagique a été créé afin de soutenir et de conseiller les OP dans leur appropriation des nouvelles plateformes technologiques.

Divers outils ont également été mis en place pour faciliter la collecte et l’échange d’informations entre l’équipe du Programme et les OP, dont un portail sécurisé centralisant les services, les outils et l’accès aux applications du Programme, une plateforme collaborative, de même que des webinaires hebdomadaires.

À terme, le regroupement des CTI fournira à l’État un environnement informatique plus robuste, plus facile à entretenir et plus sécuritaire. Il permettra aussi à l’administration publique d’être plus performante et efficiente, tout en offrant des services plus accessibles.

Rappel sur l’affichage des marques de commerce

allo

Rappel concernant les règles d’affichage des marques de commerce

Si vous affichez une marque de commerce dans une autre langue que le français, vous avez jusqu’au 24 novembre 2019 pour être en règle.

Depuis le 24 novembre 2016, les modifications au Règlement sur la langue du commerce et des affaires visant à assurer une plus grande présence du français dans l’affichage des marques de commerce sont en vigueur. Cependant, les entreprises qui affichaient déjà une marque de commerce dans une autre langue que le français ont jusqu’au 24 novembre 2019 pour rendre leur affichage conforme au Règlement. En effet, si votre entreprise affiche une marque de commerce uniquement dans une autre langue que le français, elle devra assurer une présence de celui-ci à l’aide soit d’un générique ou d’un descriptif des produits ou des services visés, soit d’un slogan ou de tout autre terme ou mention en privilégiant l’affichage d’information portant sur les produits et les services offerts.

Toutes les entreprises du Québec, peu importe leur taille, sont tenues de respecter ces dispositions. L’Office québécois de la langue française a conçu des outils afin d’aider les entreprises à respecter ces dispositions. Consultez et relayez la boîte à outils.

L’Office offre également son soutien et ses conseils à toute entreprise qui souhaite s’assurer que l’affichage de sa marque de commerce respecte le Règlement et invite les entreprises à communiquer avec lui au besoin en composant le 1 888 873-6202.

 

Affichage des marques de commerce

La Charte de la langue française prévoit que l’affichage public et la publicité commerciale doivent être en français. Il existe toutefois des exceptions à cette règle. Des modifications réglementaires encadrent l’affichage des marques de commerce en vue d’assurer la présence du français dans le paysage linguistique québécois. Pour tout savoir sur les éléments visés par les dispositions relatives à l’affichage d’une marque de commerce, consultez la boîte à outils l’Office québécois de la langue française à cet effet.

Recrutement avancé : une solution ingénieuse aux inégalités sur le marché de l’emploi?

allo

Par Kinga Ene

La pénurie de la main-d’œuvre se ressent plus que jamais et ne cessera d’augmenter. Selon les dernières études démographiques et les perspectives d’emploi à long terme, le creux de la courbe surviendrait en 2031. Nous sommes donc théoriquement à un peu plus de 10 ans d’une crise majeure de la main-d’œuvre. Assez inquiétant pour certains secteurs direz-vous.

Et comment!

Et pour ajouter aux questionnements et aux différentes craintes que cela peut déjà occasionner chez plusieurs : dans le secteur des TI seulement, les femmes ne représentent que 20% de la main-d’œuvre!

Ces enjeux suscitent déjà de nombreux débats, notamment afin de trouver des solutions pour combler ces écarts.

Pourtant, plusieurs innovations existent déjà en matière de recrutement de ressources. On compte notamment l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA), qui arrive à exécuter avec précision du sourcing autonome, mais prenant en compte, de surcroît, une équité sans égal entre l’homme et la femme dans un même domaine d’affaires.

 

Exploité à son plein potentiel?

Est-ce que ces technologies sont utilisées de façon optimale par les recruteurs? Sûrement pas, car dans le cas contraire, on compterait beaucoup plus de femmes dans le secteur des TI!

Le métier de recruteur ne peut plus être pratiqué sans technologie, sans intelligence artificielle et encore moins sans des plateformes professionnelles ou des réseaux sociaux tels que LinkedIn.

Certaines études démontrent une hausse de productivité spectaculaire chez les recruteurs d’environ 144% lors de l’utilisation de ce type d’IA en recrutement. Cela peut représenter des milliers de CV traités en à peine une vingtaine de secondes !

Bientôt, le métier de recruteur ne sera plus du tout le même; il sera transformé ingénieusement et une solution toute simple viendra répondre à plusieurs enjeux présents sur le marché.

Puisque de toute façon, LinkedIn ne cesse d’augmenter ses tarifs afin que les entreprises et les firmes de recrutement puissent obtenir des résultats optimaux quant aux «perles rares» recherchées pour un projet précis, il est inévitable que les honoraires demandés par ceux-ci soient revus également à la hausse.

Alors, pourquoi se priver d’utiliser les logiciels dotés d’une intelligence artificielle quand nous savons qu’ils sont quasi infaillibles et qu’ils ne s’épuisent jamais?

Et si nous gardions l’humain au cœur de ce processus? Pour ce faire, changeons notre perspective sur le sujet et considérons plutôt l’IA comme un outil additionnel nous permettant d’augmenter notre efficacité et notre rapidité, pour éliminer nos biais conscients ou inconscients et pour augmenter ainsi l’équité dans nos activités de recrutement?

Ces innovations feront très certainement gagner du temps aux recruteurs qui leur permettront ainsi de miser davantage sur les aspects cognitifs des candidats ainsi que sur leur savoir-être (soft skills).

Et vous, seriez-vous prêt(e) à vous faire recruter par le biais de l’intelligence artificielle?

Balado MonClavius – Spécial Réseau ACTION TI

allo

Lors de leur passage au Saguenay–Lac-Saint-Jean le mois dernier, Stéphane Bourbonnière, PDG du Réseau ACTION TI et Chantal Dolbec, vice-présidente Administration ont eu l’occasion de participer au premier balado MonClavius, produit par Dévicom.

Au cours de leurs échanges, il a été question des nombreuses activités qu’offre le Réseau. Il a également été question de la croissance de l’organisation, qui passe notamment par une plus forte présence dans les régions du Québec.

Pour écouter le balado, rendez-vous ici!