Le bottin des membres est exclusivement réservé aux membres

Actualité

La fin des claviers : parlons-en!

lundi 10 septembre 2018

Par Alain Fortier

Les technologies activées par la voix prennent une place de plus en plus prépondérante dans les foyers. En janvier 2018, le salon Consumer Electronics Show, référence en matière d’innovation technologique « grand public », dévoilait des applications innovantes d’assistants vocaux. Par exemple, au quotidien, les consommateurs peuvent utiliser Roomba de IRobot pour activer leur balayeuse, Garageio pour ouvrir la porte de leur garage ou Philips Hue pour tamiser les lumières d’un appartement. Les alliances stratégiques avec les enceintes intelligentes comme Amazon Echo et Google Home augmentent les interactions initiées par la voix avec les appareils de la maison.

Les applications comme Siri d’Apple et Cortana de Microsoft avaient déjà ouvert la route de l’utilisation des assistants vocaux par l’entremise des téléphones intelligents. En 2016, Sherry Ruan, doctorante de l’Université Stanford, publiait un article démontrant que l’utilisation de la reconnaissance vocale est trois fois plus rapide que celle du clavier. Dans sa revue des tendances Internet, la firme Kleiner Perkins confirmait quant à elle une augmentation dans l’exactitude des mots identifiés. Au cours des trois dernières années, l’exactitude de la reconnaissance vocale est passée de moins de 80 % à plus de 95 %. Cette amélioration s’aligne sur les prédictions de ComScore selon lesquelles 50 % des recherches sur le Web s’effectueront par la voix dès 2020.

Recherche vocale : êtes-vous prêts?

En juillet dernier, le rapport Smart Audio présentait un portrait de l’utilisation des enceintes intelligentes chez nos voisins étasuniens. Dans le passé, celle-ci était limitée à des commandes vocales pour écouter de la musique, obtenir la météo, planifier une alarme ou obtenir l’heure. Aujourd’hui, le comportement des utilisateurs se décline tant dans la commande de nourriture que dans la recherche et l’achat de produits. Au cours des prochaines années, l’adoption des assistants vocaux s’accentuera et modifiera les interactions entre les clients et les organisations. Il s’agit d’un pari qu’Amazon souhaite remporter en créant le fonds d’investissement Alexa, qui dispose d’un capital de risque de 100 millions $ pour accélérer l’innovation dans ce domaine.

Selon le spécialiste Neil Patel, l’utilisation de la voix exige déjà une réflexion sur l’optimisation des moteurs de recherche. À la différence des recherches par mots-clés habituellement effectuées avec un clavier, les consommateurs énoncent un ensemble de mots pour exprimer leur demande aux systèmes de recherche vocale. Par exemple, un consommateur demandera « comment faire cuire une dinde ? » au lieu d’écrire « cuisson dinde » sur son clavier. Dans sa chronique pour le magazine Forbes, Matthew Goulart incite les organisations à se pencher sur les particularités des recherches effectuées par la voix. En améliorant leur stratégie d’optimisation, les organisations resteront trouvables sur Internet.

Expérience client : la voix s’élève !

Dans le magazine Global Banking & Finance Review, on n’hésite pas à parler de l’émergence de stratégies « voice first » pour mieux répondre aux nouveaux comportements et attentes des consommateurs. Cette affirmation ne concerne pas uniquement les grandes marques , mais elle touche aussi les organisations publiques. Les initiatives actuelles permettent aux organisations de s’adapter et d’explorer un nouveau canal d’échange avec les clients. Il leur revient donc d’entreprendre rapidement une réflexion stratégique à cet égard avant que de nouvelles voix charment les oreilles de leurs clients.